Le coffre, LE meuble

Le coffre (du latin cophinus, « panier », « corbeille ») est alors le meuble principal, voire unique, des intérieurs qui en possèdent. Sa conception est simple : quatre planches – dont une sert de couvercle – et deux plus petites, carrées, pour les côtés. Meuble de rangement, il peut à l’occasion faire office de malle lors des déplacements, relativement fréquents, des seigneurs.

Un meuble simple, mais d’une grande variété

La plupart des coffres, objets utilitaires donc usés, n’ont pas été conservés. On en distingue toutefois plusieurs types, plus ou moins manipulables selon leur taille et leur poids :

Le coffre bahut, à couvercle bombé :

Le coffre à couvercle plat :

Le cassone, cadeau de mariage

Dans la Toscane du XVe siècle, le cassone (cassoni au pluriel) est un coffre luxueux que l’on offre à une jeune mariée afin qu’elle y range les objets précieux de son trousseau. Giorgio Vasari en parle dans la Vie de Dello Delli (v. 1404 - v.1450), un peintre, selon lui, plus habile à rendre les petites figures que les grandes. « Ce fut une chance pour lui car, à cette époque, l’usage voulait qu’on mît dans les chambres, pour servir de coffres, de grandes caisses en bois ressemblant à des cercueils, avec des couvercles de différentes formes ; tout le monde tenait à en faire peindre. On représentait des scènes sur le devant de ces coffres, sur le côté et parfois ailleurs ; on y plaçait les armes ou les emblèmes de la famille. Les sujets peints sur le devant étaient généralement tirés d’Ovide et d’autres poètes, ou d’historiens grecs ou latins, mais on y voyait aussi des chasses, des joutes, des épisodes de romans courtois, au goût de chacun. L’intérieur était capitonné de toile ou de drap, selon le rang et la richesse de ceux qui le commandaient, pour mieux y conserver les vêtements et autres choses précieuses […] »
D’une grande variété, ces cassoni sont richement décorés, à la fois sculptés, dorés et parfois peints de scènes figuratives, évoquant les noces ou des histoires d’amour célèbres.
 

Certains sont restés intacts :

 

Mais beaucoup ont été démembrés au fil du temps :

les scènes narratives devenant des tableaux indépendants. C’est leur format, long et étroit, qui rappelle leur fonction d’origine.
Reprenons la lecture de la Vie de Dello Delli, Vasari précise : « On ne décorait pas seulement les coffres, mais aussi les banquettes, leurs dossiers, les encadrements de boiserie et les différentes pièces d’ameublement qui composaient alors les somptueux décors des chambres dont on peut voir d’innombrables exemples à Florence ». Souvent considéré comme le panneau avant d’un cassone, il pourrait aussi s’agir d’une autre pièce d’ameublement, un dossier par exemple. Quoi qu’il en soit, cette scène nous plonge au cœur l’élite florentine. Nous assistons à des noces – impossible de savoir lesquelles – sur la place du Dôme. Le baptistère, partiellement drapé pour l’occasion, est bien reconnaissable. Un long dais est tendu entre une maison (sur la droite) et une galerie (sur la gauche), sous lequel des couples somptueusement vêtus défilent. Sous la loggia, des serviteurs s’activent tandis que des musiciens, assis sur une estrade joliment peinte, animent la cérémonie
Outre ces scènes évoquant des fêtes de mariage, de nombreux cassoni sont illustrés d’histoires d’amour puisées dans la Bible ou la culture païenne. Ces épisodes ont en commun d’être passionnés, tourmentés, voire violents.
 
 
Étrangement, la jalousie, l’abandon, le désespoir, le suicide, l’enlèvement – tout le contraire de ce qu’une société policée attend du mariage – trouvaient leur place dans la chambre conjugale. S’agissait-il de mises en garde contre le déchaînement des passions ? Savonarole (1452-1498) y voyait, lui, un signe de corruption. Résultat : nombre de cassoni – mais aussi de miroirs, cosmétiques, etc. – ont été brûlés en place publique à Florence lors du règne du moine dominicain, dans la dernière décennie du XVe siècle.