BUREAU

Bureau, commode et quelques autres nouveautés promises à un grand avenir : la seconde moitié du XVIIe siècle voit naître des meubles très importants, notamment le bureau – vers 1670 – et la commode – vers 1700.
Le mot « bureau » renvoie à la bure, étoffe grossière de laine brune dont on recouvrait les tables à écrire pour les protéger des taches d’encre. La bure servait aussi à la confection des robes de moine.
Les premiers bureaux se composent d’un plateau et d’une niche centrale flanquée de tiroirs. Ils reposent sur huit pieds : 4 pieds de chaque côté, reliés par une entretoise. L’arrière n’est pas plaqué puisqu’ils étaient toujours placés contre un mur.
Au XIXe siècle, les antiquaires les surnomment « bureaux Mazarin ». Le cardinal, mort une dizaine d’années avant l’apparition de ce meuble, n’en a jamais possédé. L’appellation – un peu trompeuse mais prestigieuse – est encore usitée aujourd’hui.
Meubles rares et très prestigieux, les premiers bureaux sont enrichis d’une superbe marqueterie :
Le bureau est la table réservée à l’écriture, puis, par extension, le mot a désigné la pièce dans laquelle ce meuble prend place, généralement dédiée au travail intellectuel.