Ce n’est qu’au XIXe siècle, lorsque commence à s’écrire l’histoire du mobilier, que l’on donne un nom aux différents styles. En voici la liste, accompagnée de repères chronologiques :

Moyen Âge :

  • style roman : Xe s. → XIIe s.
  • style gothique : XIIe s. → XVIe s.

La Renaissance :

  • fin XVe et XVIe siècles 

Le XVIIe siècle :

  • style Louis XIII : fin XVIe s. → 1660
  • style Louis XIV : 1660 → 1700

Le XVIIIe siècle :

  • style Régence : 1700 → 1730
  • style Louis XV (ou rocaille) : 1730 →1750
  • style Transition : 1750 → 1770
  • style Louis XVI : 1770 → 1790
  • styles Directoire et Consulat : dernières années du XVIIIe siècle → tout début du XIXe s.

Le XIXe siècle :

  • style Empire : 1804 → 1815
  • style Restauration : 1815 → 1830
  • style Louis-Philippe : 1830 → 1850
  • style Napoléon III : 1850 → 1880
  • Art Nouveau, la Belle Époque : 1890 → 1910
  • Art Déco : 1920 → 1950
Le XXe siècle marque le passage à l’industrialisation, l’ère du design s’ouvre. C’est une autre histoire.

Chronologie et appellations sont indispensables pour se repérer, mais aussi un peu artificielles. On ne passe pas d’un style à un autre à une date précise, et il arrive fréquemment que deux styles se chevauchent. De même, un artisan peut pratiquer plusieurs styles au cours de sa carrière, son style évoluant au gré du goût du public ou de nouveaux matériaux mis à sa disposition. Le travail de Boulle est-il de style Louis XIV ou de style Régence ? Les deux !

Bibliographie :

Pradère (Alexandre), Les ébénistes français de Louis XIV à la Révolution, Paris, éditions du Chêne, 1989, 440 p.

Ronfort (Jean-Nérée), André-Charles Boulle (1642-1732), un nouveau style pour l’Europe, catalogue de l’exposition présentée à Francfort du 30 oct. 2009 au 31 janv. 2010, Paris, Somogy éditions d’art, 467 p.

Glorieux (Guillaume), À l’Enseigne de Gersaint, Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Dame (1694-1750), Paris, éditions Champ Vallon, 2002, 585 p.

Thillay (Alain), Le faubourg Saint-Antoine et ses « faux ouvriers », La Liberté du travail à Paris aux xviie et xviiie siècles », Paris, éditions Champ Vallon, 2002, 400 pages.

Articles :

Baroli (Jean-Pierre), « Le mystérieux BVRB enfin identifié », in Connaissance des arts, mars 1957, n°61, p. 56-63.

Sorensen (Henry), « Le boudoir tout en fleurettes Louis XV qui a survécu secrètement au château de Millemont », in Connaissance des arts, n° 190, déc . 1967, p. 104-107.

Lacaze (Julien), « Le démantèlement des grandes demeures : de La Roche-Guyon à Dampierre (1987-2013) » in Tribune de l’art, avril 2013.