The Rattan Project de Micki Chomicki : Chiner, recycler, inventer

Sandrine Zilli, diplômée en histoire de l'art – école du Louvre
Les créations farfelues de Micki Chomicki associent rotin et cheveux – toujours synthétiques –, suscitant des réactions diverses, entre étonnement, séduction et répulsion.

Dans le domaine du mobilier, le rotin est un matériau bien connu depuis des siècles ; l’utilisation du cheveu, elle, est inédite. Micki Chomiki, perruquière de formation, est la seule à parer des meubles de cheveux.

Une ossature de rotin habillée de cheveux

La recherche de pièces de rotin constitue le point de départ du travail ; Micki débusque miroirs, lampes, meubles anciens. La chine – où l’aléatoire joue un rôle important – est une étape décisive du processus, puisque la forme détermine la suite.
Qualité du travail artisanal et contingences techniques sont ses deux critères de sélection. Des tiges trop serrées l’empêcheraient de passer les doigts ou les outils aisément et lui compliqueraient par trop la tâche.

Micki privilégie les pièces vintage, généralement des années 50, 60 et 70 – pour l’excellence de la technique. Ses créations sont donc uniques ou très limitées. Mais elle peut aussi répondre à une commande de plusieurs dizaines d’objets semblables en faisant reproduire une pièce à l’identique par des rotiniers. Il en reste quelques-uns en France.

Vient ensuite la sélection des cheveux. Aucun hasard ici puisqu’il s’agit d’un produit industriel. C’est la coupe, la coiffure et la couleur qui constitueront le travail de création et rendront l’objet final unique.

Un remarquable travail sur la couleur

Micki commande des cheveux – raides, bouclés, frisés, diversement colorés – qu’elle mélange, coupe et coiffe en perruquière experte.
Le travail sur la couleur des cheveux est fondamental. Le résultat est parfois le fruit d’un subtil mélange – au cheveu près !
Le cheveu, même synthétique, n’est pas un matériau comme un autre. Il relève de l’intime, suscitant par là interrogation, rejet ou fascination. Précisons qu’il est impossible de travailler de la sorte le cheveux naturel.

Voici donc défini le Rattan Project de Micki Chomicki, qui applique les techniques de la perruquerie à un objet en rotin. Ses créations, qui toutes – rangements, miroirs, luminaires – conservent leur fonction d’origine, prennent place dans des hôtels, des boutiques ou chez des particuliers. Les commandes sur mesure sont les bienvenues !

Pour en savoir plus : consulter le site de Micki Chomicki
Vous pouvez aussi la suivre sur Facebook ou Instagram.

Des Créations de Micki Chomicki et de nombreux autres artisans d'art sont à découvrir à la galerie Empreintes, la marketplace des métiers d'art : 5, rue de Picardie, Paris 3e / consulter le site d'Empreintes

 

Sandrine Zilli
Sandrine Zilli
Diplômée en histoire de l'art (école du Louvre).