Le fauteuil

Évolution et diversification

Dès la fin du 17e siècle, les formes du fauteuil tendent à s’alléger. Leurs proportions diminuent et leur ligne s’assouplit.

On n’insistera jamais assez sur la difficulté de dater précisément un meuble en l’absence de documents d’archive – commande, facture, lettre, etc. On fait déjà du Louis XVI sous Louis XV et on fait encore du Louis XV sous Louis XVI. Au XVIIIe siècle, les styles Régence et Transition sont particulièrement dans l’entre-deux. Il peut être utile de comparer des meubles de style différent pour mieux cerner les évolutions.

Voici juxtaposés un fauteuil Louis XIV, un fauteuil Régence et un fauteuil Louis XV :

Le dossier du fauteuil Louis XIV est parfaitement droit ; celui du fauteuil Régence conserve généralement des montants droits mais sa traverse supérieure s’arrondit. Quant au dossier Louis XV, il n’est que courbes. La courbe, marque du style Louis XV, s’impose peu à peu.
La même remarque s’applique aux pieds et à l’assise. Seuls les accotoirs ont toujours eu une ligne souple.

Autre remarque : le bâti du siège Régence devient visible : la ceinture du fauteuil Régence est à bois apparent alors que le fauteuil Louis XIV ne laisse voir que les clous fixant le tissu. La traverse supérieure du dossier est parfois apparente sur un fauteuil Régence ; elle l’est toujours sur un modèle Louis XV. De plus en plus d’espace est laissé au sculpteur.
Les accotoirs et l’entretoise s’allègent considérablement par rapport à l’époque Louis XIV. Les supports d’accotoir de ce fauteuil Régence restent dans le prolongement des pieds antérieurs – comme à l’époque précédente. Avec le temps, ils auront tendance à reculer, jusqu’à une dizaine de centimètres. Sur l’exemple Louis XV, les supports d’accotoir sont très en retrait et les accotoirs proprement dits sont agrémentés de manchettes. Quant à l’entretoise, elle a disparu.


Le fauteuil Régence en détail

Il n’existe pas un seul modèle de fauteuil Régence. Certains se rattachent plus au style Louis XIV, d’autres annoncent davantage le style Louis XV. Ils réunissent parfois des éléments contradictoires.

À l’époque Régence, le dossier s’abaisse sensiblement. Un dossier de fauteuil Louis XIV mesure environ 80 cm de haut, celui d’un fauteuil Régence plutôt 60 cm.
Zoom sur les pieds de fauteuil
Les pieds galbés des fauteuils Régence se terminent en « sabot de biche » ou plus souvent en enroulement (volute). C’est ce dernier modèle qui va s’imposer et devenir caractéristique des sièges Louis XV.

La volute repose sur un « bouchon » haut de quelques centimètres – de 3 à 5 cm de haut. Souvent ces bouchons ne sont pas d’origine. Lorsqu’ils manquent, ils peuvent déséquilibrer les proportions d’un fauteuil.

Plus rarement, les volutes des pieds sont tournées vers l’intérieur.

Certains pieds semblent « incertains » :
La menuiserie du siège étant de plus en plus apparente, elle accueille un décor sculpté, parfois très abondant.

Le sommet du dossier s’orne d’une coquille ou d’une fleur et les montants du dossier (l’épaulement) de feuillages. Ces motifs sont encore disposés de manière rigoureusement symétrique – héritage de l’époque Louis XIV. L’asymétrie sera une des caractéristiques du style Louis XV dans sa version la plus débridée.

Diversification des modèles

La bergère est un fauteuil large aux côtés pleins. Certaines sont munies d’oreilles de part et d’autre de leur dossier.
Souvent de grande taille, le canapé Régence est encombrant. Il ressemble à trois fauteuils assemblés les uns aux autres.
La duchesse est, d’après le dictionnaire de Trévoux, publié à partir de 1704, un lit de repos sur lequel se mettent les dames incommodées ou qui relèvent de maladie.

Chaise longue à un ou deux chevets, la duchesse est fréquemment cannée.

18e siècle : la grande époque du cannage

La canne est l’écorce du rotin, plante originaire d’Indonésie arrivée en Europe par l’intermédiaire des compagnies commerciales dites des Indes. Les chaisiers européens s’en emparent. Dès le début du 17e siècle, on produit des sièges cannés en Hollande et en Angleterre – les deux grandes puissances commerciales du temps. Les exemplaires que l’on trouve en France sous Louis XIII et Louis XIV étaient probablement des importations. À l’époque Régence, on sait avec certitude que le cannage est pratiqué en France.

On parle d’un siège « foncé de canne » (foncer signifiant en l’occurrence « garnir d’un fond »). Le cannage permet légèreté et confort. Moins lourd, le siège est facilement manipulable.
La forme de ce fauteuil est caractéristique du style Régence, entre ligne droite et galbe. Les supports d’accotoir, dans le prolongement des pieds antérieurs à l’époque Louis XIV, sont ici en retrait – ce sera une caractéristique des sièges Louis XV. Quant à l’entretoise, elle n’est plus systématique. Elle disparaîtra à l’époque Louis XV.

Dans l’ensemble, les sièges cannés s’apparent dans leur forme et leur décor aux sièges garnis de tissu. Une nuance, l’assise est plus basse puisqu’on y pose un coussin rigide – le « carreau piqué ». C’est pour cela que la console d’accotoir repose sur une petite butée cubique dont la hauteur (environ 3 cm) correspond à celle du coussin.

Le cannage orne des sièges de grande qualité mais jamais d’apparat, l’étiquette exigeant des matériaux plus « nobles ». De même, le paillage, même s’il est brièvement apprécié sous la Régence, ne suscitera jamais le même engouement que le cannage. Les sièges paillés sont cantonnés aux cuisines et aux sièges pour enfant.

Les garnitures changeables

Les garnitures à châssis amovible apparaissent à l’époque Régence. On peut désormais changer le tissu des sièges en fonction de la saison.