W. Robinson, « Portrait de vache (format ovale) », 1979, crayon Conté, Collection de la QUT.

Genesis, une ode à la nature

Sandrine Zilli, diplômée en histoire de l'art – école du Louvre

L’ambassade d’Australie à Paris expose quarante-deux peintures, pastels, aquarelles et lithographies de William Robinson, figure majeure de l’art contemporain australien.

De l’art australien, nous connaissons plutôt en Europe la peinture aborigène – dont le musée du Quai-Branly, à deux pas de l’ambassade, expose les grands noms. L’art de Robinson se rattache de manière évidente à la tradition artistique occidentale ; en apparence, il n’a rien à voir avec le monde du rêve des Aborigènes. Cependant, on y décèle le même attachement fort à une terre et le sentiment d’en être le gardien. Par ailleurs, Robinson ne peint pas la réalité de paysages saisis sur le vif mais retranscrit dans son atelier la magie et la démesure de la nature.
Ses œuvres sont à découvrir à Paris jusqu’au 20 mars.

Infos pratiques : ambassade d'Australie, 4 rue Jean-Rey, 75015 Paris ; métro : Bir-Hakeim ; du lundi au vendredi, de 9h. à 16h30, entrée libre.

 

 

Sandrine Zilli
Sandrine Zilli
Diplômée en histoire de l'art (école du Louvre).