Antonio de La Gandara de retour à Versailles

Sandrine Zilli, diplômée en histoire de l'art – école du Louvre
Jusqu’au 24 février 2019, le musée Lambinet de Versailles présente cent vingt œuvres du peintre Antonio de La Gandara (1861-1917) qui, en son temps, avait beaucoup apprécié Versailles.

« […] Il fut certainement l’un des portraitistes dont le témoignage comptera le plus lorsqu’il s’agira, dans un siècle ou deux, de se représenter l’allure, la manière d’être, le port de l’élite intellectuelle et sociale du Paris de la troisième République […] », écrit le critique William Ritter à la mort de La Gandara en 1917. L’exposition du musée versaillais confirme cette prédiction.

Une formation classique :

Né à Paris d’un père mexicain et d’une mère anglaise, Antonio de La Gandara entre aux Beaux-Arts à dix-sept ans. Il y suit l’enseignement d’Alexandre Cabanel et de Jean-Léon Gérôme, puis entame une carrière de peintre académique, à l’excellente maîtrise technique. À ses débuts, La Gandara participe au négoce d’images pieuses monté par Robert Salis – il était plus particulièrement chargé de peindre les draperies de ces petits tableaux saint-sulpiciens. Mais, très pingre, Salis paie mal et irrégulièrement.

En 1881, Robert Salis fonde le cabaret du Chat-Noir à Montmartre – à ses pieds un chat noir lape une assiettée de lait. Le Chat-Noir, où se produit Aristide Bruant, réunit la bohème et le Tout-Paris, qui vient s’y encanailler.

Le modèle est Raymonde, la première fille de l’artiste, née en 1885. Son regard est saisissant.

Ces trois portraits témoignent de la connaissance et de l’admiration de La Gandara pour les maîtres espagnols et hollandais du XVIIe siècle.


Robert de Montesquiou : une rencontre décisive

À vingt-quatre ans – en 1885 – La Gandara fait la connaissance de Robert de Montesquiou qui l’encourage et l’introduit dans la bonne société. C’est le début d’une belle carrière de peintre mondain. Parmi ses plus belles réussites, la poétesse Anna de Noailles en robe Empire – l’affiche de l’exposition.

Esthète, poète, critique, romancier et homme du monde, Robert de Montesquiou (1855-1921) reste l’archétype du dandy de la Belle-Époque. Il aurait inspiré le baron de Charlus à Proust et Jean des Esseintes à Huysmans.
Montesquiou invite La Gandara chez lui à Versailles – avenue de Paris. Jusqu’à la fin de sa vie, le peintre ne cessera d’y revenir. À partir de 1911, il y loue même une résidence d’été.


Antonio de la Gandara, portraitiste du monde et du demi-monde de la Belle-Époque

Aristocrates, grands bourgeoises, artistes et demi-mondaines ont posé pour lui.

Épouse d’un dandy critique d’art proche de La Gandara, « la jeune femme est étendue sur un divan dont elle étreint presque le haut du dossier dans un geste las et câlin, spleenitique et boudeur », Martin Gale, La Presse, le 11 avril 1901.


Dès 1893, une exposition personnelle de ses œuvres à la galerie Durand-Ruel accroît subitement la notoriété de La Gandara et lui procure de nombreuses commandes. Bientôt, ses œuvres sont aussi montrées à la galerie new-yorkaise de Durand-Ruel. Malgré son immense succès, il tombe dans l’oubli dès son décès, en 1917. Peut-être ses descendants n’ont-ils pas su entretenir sa célébrité et sa cote ? L’exposition du musée de Lambinet contribuera sans conteste – de même que le travail de l’association des Amis d’Antonio de La Gandara – à le faire redécouvrir.


À lire :
Antonio de La Gandara, gentilhomme-peintre de la Belle Époque, catalogue de l’exposition, éditions Gourcuff Gradenigo, 144 p., 24 €.
Xavier Mathieu, Antonio de La Gandara, un témoin de la Belle-Époque, éditions Librairie des musées, 2011, 307 p., 49 €


Sites à consulter :
Musée Lambinet
Association des amis d’Antonio de La Gandara
Les Images de Marc

 

Sandrine Zilli
Sandrine Zilli
Diplômée en histoire de l'art (école du Louvre).