Boulle et Bérain

André-Charles Boulle et Jean Ier Bérain : l’art de l’arabesque :

Boulle (1642-1732) et Bérain (1640-1711) sont de stricts contemporains – ils le sont aussi de Louis XIV. Tous deux occupaient un atelier au Louvre. Jean Bérain est le grand ornemaniste de l’époque et les marqueteries de Boulle lui doivent beaucoup : mêmes enroulements végétaux, décoratifs et élégants :
Fils et petit-fils d’arquebusiers lorrains, Jean Bérain grandit à Paris, où les siens se sont installés, fuyant les horreurs de la guerre de Trente Ans. Il apprend le dessin et la gravure au sein de sa famille. Il ne fréquente pas l’Académie royale de Peinture et de Sculpture et ne voyage pas en Italie – le voyage à Rome restait une étape importante dans la formation d’un artiste. Comme Boulle, son apprentissage est clairement celui d’un artisan ; comme Boulle, Bérain devient très célèbre de son temps alors que l’anonymat était le lot des artisans.
Bérain est devenu célèbre en tant qu’organisateur de spectacles, rattaché à l’administration des Menus Plaisirs. Il dessine des costumes et des décors de théâtre – souvent éphémères –, conçoit des machineries. Par ce biais il côtoie une riche clientèle qui lui commande des décors intérieurs et pérennes. Il fournit des modèles de plafonds, lambris, cheminées, meubles, tapisseries et organise à l’occasion quelque pompe funèbre.


Quelques exemples de décors « à la Bérain » :

Ses arabesques tout en fantaisie reprennent les grotesques de la Renaissance – rinceaux, sphinges, putti, masques grimaçants ou termes – eux-mêmes hérités de l’Antiquité. Bérain y ajoute le motif du singe, qui a certainement pour origine les ornements fantaisistes des armes. Le singe et les entrelacs seront très présents au cours du XVIIIe siècle. Certains voient donc en Bérain un des pères du style rocaille – époque Louis XV –, tout en courbes et en fantaisie.
Ses recueils d’ornements diffusés dans tout le pays ont exercé une grande influence sur les arts décoratifs. Nombre de peintres, ébénistes, liciers, de faïenciers se sont inspirés de son travail :
Bien entendu Jean Bérain n’est pas l’inventeur, ni l’utilisateur exclusif de l’entrelacs, de même que Boulle n'est pas l'inventeur de la marqueterie portant son nom ; ce motif était dans l'air du temps :

Ces motifs sont également présents dans les jardins à la française :

Tous ces exemples illustrent l’homogénéité du style Louis XIV.