Le très riche mois de septembre

Sandrine Zilli, diplômée en histoire de l'art – école du Louvre
Biennale des Antiquaires, Maison&Objet et Paris Design Week, Journées du patrimoine et leur loto : septembre sera un moment fort pour les amateurs d’art et d’art de vivre – professionnels ou pas, acheteurs ou pas.

30e Biennale de Paris :

85 stands, 9 jours d’exposition, 2 nocturnes, Jean-Charles de Castelbajac en directeur artistique, 40 000 visiteurs attendus.

En 2017, la Biennale est devenue annuelle, tout en conservant son nom ! Mathias Ary Jan, président du Syndicat national des antiquaires, souligne que la Biennale n’est pas nostalgique de son passé – si prestigieux soit-il – mais solidement ancrée dans son époque. Le marché étant devenu extrêmement concurrentiel en ce début de XXIe siècle, l’annualisation de cet événement s’imposait. Par ailleurs, le collectionneur d’aujourd’hui a des goûts plus larges que celui d’autrefois, il s’intéresse à la fois au passé et au présent, à l’art occidental et aux arts dits premiers, d’où la nécessité de proposer des œuvres allant de l’Antiquité au XXIe siècle. La place centrale accueillera l’exposition l’Empereur sous la verrière, une sélection de pièces de la collection de Pierre-Jean Chalençon.
Sélection ultra-exigeante…
Le faux est le danger qui guette l’acheteur ; et ces dernières années les scandales se sont multipliés. Afin de sécuriser les achats, de gagner et conserver la confiance des acheteurs, la commission d’admission des œuvres (CAO) a, depuis 2017, durci les critères de sélection. Cette commission indépendante – les exposants en sont bien entendu exclus – peut émettre des réserves sur la qualité ou l’authenticité d’un objet, voire le rejeter. Aucune pièce présentée ne doit pouvoir faire l’objet de contestation. Des procédures de contrôle pointilleuses sont un gage de crédibilité pour la Biennale.
… et ouverture sur d’autres manifestations :
Le Grand Palais – splendide bâtiment de verre et de métal, héritage de l’exposition universelle de 1900 – est un écrin unique. Les organisateurs de la Biennale y sont très attachés tout en souhaitant établir des partenariats avec d’autres événements, notamment les Journées du patrimoine. Dans la soirée du samedi 15, l’accès à la Biennale sera gratuit. D’autres partenariats sont à attendre.

Les journées européennes du patrimoine :




Un patrimoine en partage…
Comme chaque année depuis 1984, les curieux pourront visiter des lieux habituellement fermés au public, pendant le week-end du 15 et 16 septembre – et même dès le vendredi 14 pour le public scolaire. Cent ans après la fin de la Première Guerre mondiale, et à l’heure où le projet européen est mis à mal, l’édition 2018 aura pour thème l’art en partage, proposant aux Européens une réflexion sur leur patrimoine commun. Les grands mouvements artistiques ont largement dépassé les frontières des États ; le Parthénon, le Colisée, le mur d’Hadrien ou le pont du Gard relèvent de la même culture.

… et un mécénat citoyen :
En septembre 2017, Emmanuel Macron a confié à Stéphane Bern la mission d’identifier les monuments en péril et d’imaginer de nouveaux modes de financement de leur restauration. S’inspirant de l’exemple britannique, l’animateur a proposé une loterie. Les billets à gratter – au prix de 15 euros – seront mis en vente à partir du 3 septembre 2018 sur Internet et dans les points de vente de La Française des jeux. S’y ajoutera un tirage spécial le vendredi 14, doté d’un jackpot de 13 millions d’euros.
L’argent récolté par l’État – 15 à 20 millions d’euros – contribuera à la restauration d’une centaine de monuments très divers, répartis sur l’ensemble du territoire métropolitain et d’outre-mer : l’ancien hôtel-Dieu de Château-Thierry, le domaine de Maison Rouge à Saint-Louis de la Réunion ou la poterie de Saint-Honoré-les-Bains par exemple, mais aussi des lieux plus anonymes : petites églises de village, ponts ou lavoirs.


Maison&Objet, Paris Design Week et son off : les rendez-vous parisiens du design :

Le salon Maison&Objet, réservé aux professionnels, s’ouvre aux amateurs grâce à la Paris Design Week. Du 6 au 15 septembre, plus de deux cents lieux : showrooms, boutiques, galeries, ateliers, restaurants, hôtels, institutions – situés dans quatre quartiers : Saint-Germain-des-Prés ; Halles/Marais/Bastille ; Opéra/Concorde/Étoile et Barbès/Stalingrad – ouvriront leurs portes à tous pour des présentations inédites. La Paris Design Week a aussi son off – révélateur de jeunes talents. Auparavant installé aux Docks, le off se tiendra cette année du 5 au 9 septembre au Ground Control Paris (12e), un ancien centre de tri postal en attente de reconversion. Une quarantaine de jeunes créateurs – exerçant depuis moins de sept ans – y présenteront leur travail.


Infos pratiques :

Biennale de Paris : du samedi 8 au dimanche 16 septembre 2018, au Grand Palais, avenue Winston Churchill. Tous les jours de 10h à 20h. Nocturnes : le jeudi 13 jusqu’à 22h30 et le samedi 15 jusqu’à minuit. Le dernier jour, dimanche 16 : fermeture à 18h.
Tarifs : plein tarif : 35 € / tarif réduit : 30 € / étudiants et 12-18 ans : 20 € / -12 ans : gratuit.
Catalogue publié aux éditions Glénat, (312 p.) ; 35 euros.
Journées du Patrimoine : les 15 et 16 septembre 2018 sur le thème du partage. Pour connaître la liste des sites ouverts : https://journeesdupatrimoine.culture.gouv.fr
Maison&Objet : du 7 au 11 sept. Salon réservé aux professionnels : www.maison-objet.com
Paris Design Week : du 6 au 15 septembre 2018
Paris Design Week off : Ground Control Paris : 81-87, rue du Charolais, Paris 12e.
Sandrine Zilli
Sandrine Zilli
Diplômée en histoire de l'art (école du Louvre).