Et à part le coffre ?

La chaire, le coffre devenu siège

La chaire (du latin cathedra, « siège » plutôt à dossier) est un siège lié à l’autorité. C’est un petit coffre – l’abattant fait office de siège – que l’on a enrichi d’accotoirs pleins et d’un haut dossier.
Siège lié à l’autorité, la chaire prenait place dans la chambre du maître de maison, tout près du lit. On distingue nettement des motifs d’arcatures gothiques sur le dossier et de plis de serviette sur le devant du siège, ainsi qu’un carreau (du latin quadrus, « carré »), un coussin rendant le siège un peu moins inconfortable.
Dans la France du XVIe siècle, apparaît la caquetoire (de caqueter, « bavarder »), plus légère que la chaire : le coffre a disparu et les accotoirs sont évidés.
 

Le dressoir, l’orgueil social

Le dressoir est un meuble de rangement composé de deux casiers fermant à clé. Sa partie inférieure est évidée ; ses pieds reliés par une tablette d’entrejambe sur laquelle on peut placer des objets de valeur.
 
 


Lors d’un repas important, le dressoir est installé près de la place du seigneur :

 
Nous assistons à un banquet proclamant une union aristocratique. Au centre de la table trône la mariée, entre son époux et sa demoiselle d’honneur. Pour l’occasion, un dressoir a été installé tout près du mari, affichant sa richesse et par conséquent sa puissance. Notons que le luxe de cette pièce tient en grande partie aux étoffes : dais magnifiant la table principale, tapis sur la tribune des musiciens, nappes blanches dissimulant les tables – de simples planches posées sur des tréteaux