Qu’est-ce qu’un meuble?

Le terme « meuble » est à la fois un nom et un adjectif. Le nom désigne, d’après le dictionnaire, un « objet mobile de formes rigides, qui concourt à l’aménagement de l’habitation, des locaux ». L’adjectif, lui, se définit « par opposition à immeuble, qui peut être déplacé ». La définition est plantée : le meuble permet le rangement d’objets divers, et il ne fait pas corps avec l’édifice qui l’abrite.
 

L’homme peut-il se passer de meubles ?

 
Bien sûr. Il s’entoure de meubles quand il mène une vie essentiellement sédentaire et qu’il a dépassé le stade de la survie quotidienne. Plus une société – ou tout au moins une catégorie de population – est opulente, plus son mobilier se développe et obéit à des modes.

Le meuble est-il une œuvre d’art au même titre qu’un tableau de maître?

Non. Dans l’Antiquité déjà, on distinguait les arts libéraux (nobles) des arts mécaniques (manuels), en clair, l’art de l’artisanat. La peinture par exemple, activité manuelle par excellence, a acquis à la Renaissance le statut d’art noble… pas la menuiserie. Le peintre est devenu un artiste, le menuisier est resté un artisan. En général, l’artiste devient célèbre – ou aspire à le devenir – l’artisan reste anonyme. Bien sûr toute règle a ses exceptions, la plus notoire est André-Charles Boulle. Le geste artisanal sera à terme le cœur de ce travail ; après la description des différents styles du mobilier français, nous aborderons les techniques.
 

Ce site se veut une aide pour :

Reconnaître les principaux styles du mobilier, essentiellement français (et même parisien dans un premier temps), même si quelques incursions à l’étranger s’imposent pour certaines époques ;
Utiliser un vocabulaire adéquat. On s’assoit sur un siège, mais ce siège est plus précisément un tabouret, une chaise, un fauteuil, une bergère, une marquise, une duchesse, une méridienne, un paumier, une chauffeuse… Quant au bureau, il peut être plat, à cylindre, à gradins… ;
Évoquer les principales techniques de fabrication et de décoration. Un meuble peut être de menuiserie ou d’ébénisterie ; son décor est sculpté, peint, doré ou marqueté.
Nous tâcherons d’expliquer simplement les caractéristiques des styles, l’évolution du goût et les techniques. Entre les ouvrages très érudits et les publications trop grand public, il me semble qu’il manque un intermédiaire, à destination des amateurs de meubles. En m’appuyant sur mon expérience de guide en musées, je tenterai de répondre aux questions que je me suis moi-même posées et que les visiteurs me posent régulièrement.
Avant de présenter les différents styles de manière chronologique, plantons le décor. Par qui et dans quel contexte sont fabriqués les meubles de l’élite, notamment sous Louis XIV, Louis XV et Louis XVI, période d’apogée du mobilier français ? Dans la mesure du possible, nous replacerons les meubles dans le contexte culturel, économique et social qui les a vus naître. En effet, la sophistication du style Louis XIV se comprend mieux à la lumière de la personnalité du Roi Soleil et de la politique qu’il met en place.